Ma copine Ophélie me demandait encore hier d’écrire un article, « allez s’teuplait Popo, un truc un peu long comme ça, ça me fait une petite pause au bureau ». J’en avais bien un qui trainait depuis quelques jours, assez long mais pas très drôle…

 »

Aujourd’hui quand je vais boire une bière j’ai un peu peur qu’on me fasse sauter la cervelle… Enfin… au début. Passé quelques minutes et quelques gorgées on parle plus de nos petites histoires de cul qu’au 13 novembre et ce coup de massue.

De toute façon moi, j’ai toujours été une fiotte, mais alors ça s’est pas arrangé… ni avec le temps ni avec ces gros cons. Enfin mes tocs ont disparu depuis mardi dernier… à croire que je me suis enfin aperçue que de fermer ma porte 72 fois c’était naze et que je tenais moins à mon appart qu’à la vie, celle de ma famille et de mes amis.

Donc ouais j’ai un peu les boules…les grosses boules même, mais avec les potes on continue de se retrouver et de boire des canons dans les bars parce que la vie sans verres copains, on est d’accord, ça sert à rien.

Ouais… ça sert à rien… mon bro en a perdu ces derniers temps… des amis… ça fait bizarre de dire ça, on est un peu trop jeunes pour perdre des gens de notre génération, non ? et puis ça fait un mal de chien. Enfin, en pire parce que le mal de chien j’ai jamais trop compris à quoi on voulait en venir.
Moi je suis triste mais alors de voir mon p’tit frère au fond du sceau ça fait mal mal mal… et puis de voir ses amis… c’est si triste aussi…
Le dernier qui est parti s’appelait Vincent. C’est important d’en parler parce que c’était un mec bien, une grande tige avec un énorme smile. Et drôle ! mais drôle ! merde alors. 20 ans que mon frère se le trimballe donc je le connaissais pas mal… il est parti sans dire aurevoir… ça s’est juste fini. Salut, merci. On ne s’en rend toujours pas bien compte et je suis sûre que je vais l’attendre l’été prochain, dans le jardin des parents avec sa (grosse) saucisse de Mauvezin. Il a laissé sa bande de Loulous derrière lui dont mon p’tit frère, meurtris.

Je n’invente rien mais la vie ça tient à rien putain.
Cet article ne sert pas à grand chose non plus, juste à essayer de remonter le moral des troupes je crois…. Et pour dire à ceux qui sont tristes car ils ont perdu quelqu’un ou qui ont peur de voir partir des personnes auxquelles elles tiennent, qu’il ne faut pas s’inquiéter. Bon et je pense aussi que maintenant j’ai un peu moins peur de la mort parce que si il est en haut Villatte, je vous promets qu’il y’a moyen de se marrer.

Une amie postait sur facebook en début de semaine «  Je ne sais pas comment vous faites, mais moi j’y arrive pas. L’impression que rien ne sera plus jamais comme avant… (désolée)  »

Moi, j’ai drôlement badé mais depuis 3 jours ça va mieux, j’ai décidé que je ne voulais plus perdre de temps à pleurer. Bon j’ai un peu envie de taper les gens, j’ai du mal avec les effusions de joie, je ne peux plus regarder Walking Dead, je mange grave de fromage parce que je m’en fous de fater et je liquide mon PEL (parce que quitte à mourir j’préfère mourrir bien sapée).

Non, la vie ne sera plus comme avant mais faut qu’on la reprenne en mieux, que ce soit pour nous ou pour nos enfants. Qu’on profite de tout, tout le temps et beaucoup. De notre famille et des amis autant qu’on peut, leur dire a quel point on tient à eux, les écouter, se marrer.
Avoir la vie rêvée des gens qui sont partis trop tôt.

Sortons deux fois plus, inondons les terrasses de nos éclats de rire, buvons, baisons, dansons, chantons. Osons dire ce qu’on a sur le coeur et faisons nous des sourires. Arrêtons un peu de nous regarder le nombril même si c’est pas si facile et apprécions la chance qu’on a d’être ensemble et vivants.

Voilà, j’en viens au fait, au cas ou un espèce de taré essaierait de me buter demain lorsque j’irais rejoindre mes copains en soirée ou si c’est juste un coup du destin.

Je vous aime.

 »

coeur